Portraits

L’ambiance de travail d’une start-up graphique

Sunday creative workers

Samy, peux-tu te présenter rapidement ?

Samy 😉 je suis graphiste et gérant associé dans Sunday avec Patriarche un cabinet d’architecture.

Après une formation en communication assez large à l’université de Savoie, je me suis orienté vers la création graphique principalement pour ce qui concerne les supports papier.

J’ai travaillé comme salarié pour l’agence Patriarche pendant 3 ans avant de monter ma propre structure (komix) avec un ami. Partis d’une idée une peu folle, nous nous sommes associés pour créer une activité commune, car nous étions complémentaires : moi graphiste Print, lui dans le Web. Cette aventure a duré 5 ans et a été très formatrice.

Je n’ai jamais perdu le lien avec l’agence Patriarche qui est restée un client important pendant toute cette période.
En 2016, avec Damien Patriarche, on a eu l’envie de partir dans une nouvelle aventure et de développer l’activité design autrefois intégrée à l’agence.

Nous avons fait le choix de l’externaliser, afin de s’ouvrir un peu plus sur le monde et aussi de pouvoir proposer la prestation à des entreprises extérieures, tous secteurs confondus. C’est comme ça qu’est née Sunday !

Peux-tu présenter Sunday ?

Sunday est une agence de communication et de créations visuelles basée au bord du lac du Bourget en Savoie. Nous intervenons principalement pour des entreprises ou des collectivités. Notre métier consiste à concevoir des identités graphiques et des supports de communications afin de promouvoir ou développer leurs activités ou services. Nous pouvons également proposer des missions signalétique et sommes équipés d’un service et d’un studio de photographie.

Qu’est-ce qui fait la différence de Sunday ?

Je pense que la différence de Sunday, enfin ma vision de l’organisation interne de Sunday, c’est de grandir avec les compétences de chacun en ayant comme finalité d’étoffer notre offre et de pouvoir proposer des nouveaux services à nos clients.

L’équipe est composée exclusivement de graphistes mais qui ont tous une spécialité. Ils se complètent entre eux, cela amène une dynamique et une cohésion au travail.

Qu’est-ce qui t’inspire ?

J’aime beaucoup m’imprégner de l’histoire du client, l’écouter et échanger avec lui sur son univers pour bien le comprendre.

J’aime imaginer des choses en partant de rien, me poser des questions, avancer, revenir en arrière, creuser une piste, pour parfois l’abandonner et au final trouver la solution qui correspond parfaitement.
Répondre aux besoins du client, c’est ce qui me plait !

Chaque nouvelle approche projet est différente : les enjeux, les objectifs, et les besoins sont différents ; notamment car nous travaillons sur des secteurs d’activité différents.

Comment est l’espace de travail de Sunday ?

Sunday partage un espace de travail au sein d’un espace de coworking, on est dans un milieu ouvert qui favorise les échanges et le lien entre les différentes personnes. Ces échanges se font entre l’équipe, mais aussi avec l’environnement. Nous avons la chance d’être dans un espace convivial et simple, au cœur de la nature.

Penses-tu que le travail est en train d’évoluer ? Comment vois-tu le travail dans 20 ans ?

J’ai pu expérimenter différentes façons de travailler ces dernières années : structure assez grosse composée principalement d’open-spaces avec beaucoup d’effervescence, de circulations, et de mouvement.
J’ai aussi vécu à deux dans un bureau calme, seuls à travailler côte à côte.

Aujourd’hui, je suis entre deux. Pour moi c’est la situation idéale.
Personnellement, je pense que le travail à plusieurs est bénéfique pour tout le monde : employés, employeur, clients.
Seul on est isolés et ça se ressent. On a moins de sources d’inspiration, alors certes moins de « distraction » qui viennent perturber le travail mais pour moi elles sont utiles dans la recherche créative.

En discutant avec des indépendants, je me rends compte que c’est un manque pour eux, ils ont besoins échanger et interagir. Le télé travail a été très développé ces dernières années mais à présent j’ai le sentiment que l’on tend à se réunir, et à mutualiser les compétences.

L’émergence du coworking, va dans ce sens. Il est encore dimensionné pour des auto-entrepreneurs ou des indépendants, mais je pense qu’il va muter et s’adresser de plus en plus à des structures plus importantes voir des grands groupes pour répondre aux nouvelles façons de travailler.

Qu’est ce qui pour toi, fait une ambiance de travail ?

Les locaux, les gens, une gestion, un management. Accorder une attention particulière aux gens.

C’est important de garder des moments où on se regroupe. L’échange favorise une relation saine, plutôt que de rester chacun dans son coin. L’échange évite le quiproquo ou les mauvaises appréciations qui peuvent être sources de conflit.

Je suis toujours un peu surpris par les guéguerres internes qui favorise les divisions entre employés ou services et qui peut devenir très problématique pour une entreprise. Ne pas avoir conscience du travail de l’autre, ne pas savoir ce qu’il fait réellement, le cloisonnement d’un espace de travail favorise en quelque sorte ce phénomène.

Quel est pour toi l’environnement de travail idéal ?

Je pense que même si on est « gros », il faut garder une configuration ou une gestion à échelle humaine car cela favorise les échanges entre les employés, c’est primordial que la personne se sente bien dans son environnement de travail.

Comment imagines-tu l’espace de travail idéal ?

Il doit être adapté, car idéal pour moi n’est pas forcément idéal pour l’entreprise voisine, c’est difficile de faire une généralité sur un espace de travail idéal, il faut plutôt comprendre le fonctionnement d’une entreprise et d’un métier et seulement là on peut créer un espace de travail correspondant au besoin.

Idéal c’est adapté.

Comment ton espace de travail t’influence toi et ton équipe ?

Difficile de mesurer l’impact sur ton travail ou sur l’équipe, mais en tout cas le fait d’être dans un espace agréable et ouvert aide à la productivité.

En novembre 2016, nous avons déménagé dans le HB5 sur Savoie Technolac que nous partageons avec Business camp, et si jusqu’à présent nous étions déjà ensemble juste à côté dans un autre bâtiment (le satellite) ce déménagement a été pour mon équipe un changement très positif.

C’est assez fou de voir comment un changement de configuration peut avoir un tel impact sur l’ambiance et sur les utilisateurs.

 

Sunday fait aussi de la signalétique, qui est un point important si ce n’est primordial de l’aménagement de bureau, en quoi l’évolution des espaces de travail influence cette partie de ton métier ?

La signalétique a deux intérêts principaux dans l’ambiance de travail. Le premier, c’est qu’elle facilite le repérage spatial et le parcours de chaque utilisateur (salariés, clients, partenaires).

Le second, c’est qu’elle peut venir enrichir graphiquement l’environnement architectural et ainsi créer des évènements ponctuels.

Elle participe très souvent à accentuer le côté fun des nouveaux espaces de travail. La signalétique est notamment très présente dans toutes les startups digitales.

Comment te vois-tu dans 5 ans ?

Aujourd’hui nous sommes 4, dans 5 ans on sera peut-être 10, peut-être plus, on aura peut-être besoin d’autres bureaux, un espace à nous peut être pas partagé, on devra se poser des questions de positionnement et d’aménagement.
Au niveau du développement même de la société, ce que j’aime me dire c’est que je ne sais justement pas comment sera Sunday dans 5 ans ou dans 10 ans
.

Ce qui est sûr c’est qu’on avance avec des objectifs et de belles d’ambitions !

Rien n’est figé et je sais que l’évolution de Sunday sera faite de rencontres et d’opportunités.

Aujourd’hui, nous proposons la signalétique avec Mathilde, qui a intégré l’agence en Janvier, et on développe l’activité photographie depuis peu avec Thibault. Demain nous intégrerons probablement des compétences digitales pour répondre aux nouvelles façons de communiquer. J’ai envie d’avancer dans ce sens. C’est à dire d’utiliser les compétences de chacun, de les organiser en pôles ou marques pour les développer indépendamment et en même temps faire grandir la société.